Santé: La pollution de l'air, la menace invisible

Faire du vélo dans la circulation peut être amusant, difficile, dangereux et enrichissant. Selon des données récentes, dit Matthew Barbour, cela pourrait également nuire à notre santé.

Mauvais jours d'air

Plusieurs fois par semaine pendant une bonne partie de la décennie, j'aurais pu m'empoisonner involontairement mais systématiquement. Alors que je pensais que mon trajet quotidien entre le gymnase et le centre-ville de Bristol était un moyen efficace et inoffensif d’accumuler une bonne partie de mon quota de cardio au-dessus de mes sorties plus longues en dehors des murs de la ville, mes poumons et mon cƓur pourraient avoir une approche différente. dessus.

Voici ce que je ne savais pas: avec chaque grand tirant d'oxygène, j'avalais aussi des quantités inquiétantes d'ozone, de monoxyde de carbone, de particules microscopiques - PM10s - de dioxyde de soufre, de dioxyde d'azote et d'un mélange d'autres polluants. En naviguant dans les rues encombrées de Bristol, je réduis ma fonction pulmonaire, resserrant mes voies respiratoires, soulageant mes douleurs à la poitrine, augmentant mes risques de développer de l'asthme, libérant des radicaux libres pour catalyser les cancérogènes dans mon sang et activant des processus cellulaires pouvant un point conduit à une crise cardiaque.

«Dans les années 1950 à Londres, nous avons enduré des soupes de pois épaisses qui vous donneraient une bronchite chronique», explique le Dr John Moore-Gillon, président de la British Lung Foundation et pneumologue travaillant à l'hôpital St Bartholomew de la ville de London. «La pollution au XXIe siècle est invisible mais tout aussi dangereuse. Quand je vois des gens faire du vélo ou courir le long de la digue au milieu de la journée, je veux les attaquer et leur crier de s'arrêter. ”

Alors que les contrôles des émissions ont considérablement réduit les chances que nous vivions dans les mêmes conditions que les années 50, alors que nous sommes plus nombreux à conduire plus de voitures et à nous envoler pour des mini-pauses, le problème n'a pas disparu. Les dernières données du comité d'audit environnemental de la Chambre des communes mettent en garde que près de 50 000 personnes chaque année rencontrent un décès prématuré au Royaume-Uni en raison de la pollution atmosphérique, avec une facture annuelle des soins de santé pouvant atteindre 20,2 milliards de livres. Le plus grand coupable? Les transports, responsables de 70% de la pollution dans les villes.

L'exercice est nul

La raison pour laquelle l’activité physique contribue à vous faire mal à l’air mauvais est simple: lorsque vous faites de l’exercice physique, vous en inspirez plus. Jusqu'à 15 fois plus. «En plus de sucer un volume beaucoup plus important, vous le faites beaucoup plus profondément, donc il a plus de chance d'être absorbé», déclare Mandy Dryer, kinésithérapeute respiratoire à l'infirmerie royale de Manchester. "En sortant simplement de la porte, vous pourriez vous exposer à cinq fois plus de pollution, alors si vous êtes à l'extérieur et que vous faites de l'exercice, vous recevez une double dose."

Et ce n'est pas tout. Selon Dryer, au cours de mon cycle, je contourne également le système de filtration de l'air remarquablement efficace de mon corps: les voies nasales. (Le mucus emprisonne les particules, puis de minuscules structures ressemblant à des poils, appelées cils, poussent le vieux mucus vers le haut et le retirent du corps.) Le triple coup dur de respirer rapidement, profondément et par la bouche me fait faire la navette quotidienne entre ozone / particules / carbone. orgie de monoxyde.

Finalement, nos corps se défendent en respirant moins. Les voies respiratoires se resserrent et la respiration devient difficile. Nos corps en exercice sont pris dans un dilemme insoluble: tout en travaillant avec acharnement à traiter plus d’air pour nourrir des muscles en manque d’oxygène, ils s’efforcent simultanément de nous protéger de cet air. Nos systèmes pulmonaires et cardiovasculaires sont soumis à une vague de chaleur prolongée, comme les climatiseurs, et finissent inévitablement par ne plus pouvoir résister et tomber en panne.

Les premiers symptômes incluent souvent une respiration sifflante, une toux, une gorge irritée, des maux de tête, des douleurs à la poitrine et des yeux larmoyants. Les autres effets à long terme sont considérablement pires. À Glasgow, les chercheurs ont étudié 30 hommes en bonne santé sur des vélos d’exercice exposés à des vapeurs de diesel diluées. Après 60 minutes d'exposition, ils ont développé des vaisseaux sanguins rétrécis et ont montré une réduction du tPA, une enzyme qui décompose les caillots sanguins dans le cƓur. Dans une autre étude, 17 cyclistes de compétition ont été exposés à divers niveaux d’ozone pendant l’exercice; leur endurance a diminué d'environ 30% et leur fonction pulmonaire de 22%.

Le plus troublant est peut-être le fait que les toxines en suspension dans l’air peuvent nous être nocives sans provoquer de symptômes. Dans le seau de smog de Los Angeles, des chercheurs de l’Université de Berkeley ont examiné 107 victimes d’un accident de vélo mortel, âgées de 14 à 25 ans. Avant leur décès, aucune personne ne signalait de problèmes respiratoires. Cependant, les autopsies ont révélé que 27 des personnes décédées avaient une maladie pulmonaire chronique.

Le message aux passionnés de cardio: une respiration facile peut conférer un faux sentiment de sécurité. «Les personnes saines et actives ont tendance à sous-estimer les effets néfastes de l'air pollué, car elles ne souffrent pas de respiration sifflante ni de douleur à la poitrine», déclare Dryer. "N'éprouvant aucun symptôme d'anomalie, ils continuent à faire de l'exercice, s'exposant à un risque accru."

Essayez d'éviter autant que possible les routes principales, en particulier dans les zones où le trafic est souvent surveillé: essayez si possible d'éviter les routes principales, en particulier si le trafic est souvent surveillé.

Airs et traces

Pour comprendre le type et la quantité de polluants que je respire depuis des années de violence involontaire, je me suis rendu dans une station de surveillance de la qualité de l'air située dans le centre de Bristol, sous la supervision de Steve Crawshaw, coordinateur de la qualité de l'air de la ville. Crawshaw, qui analyse de manière rigoureuse les données relatives à la qualité de l'air depuis plus de 10 ans, m'emmène faire un tour autour de la station Smeaton Road, à deux pas de mon gymnase.

Il me montre la panoplie de terminaux lumineux recevant des données en temps réel de 10 stations routières permanentes et de 130 tubes de diffusion temporaires répartis autour de la ville, utilisés pour surveiller les niveaux élevés de dioxyde d'azote qui ont forcé certaines parties de Bristol à devenir une «gestion de la qualité de l'air». Surface'. C'est une journée nuageuse avec un vent dominant du sud-ouest sur la rivière Avon, ce qui se traduit par des résultats favorables en matière de pollution atmosphérique. Mais quand il y a une forte pression et un vent léger de l'est, les polluants s'installent dans la cuvette du centre-ville - l'épicentre de ma piste cyclable. «Cela change vraiment de jour en jour», déclare Crawshaw.

Les émissions de diesel ont particulièrement attiré l'attention ces dernières années, le nombre de voitures à moteur diesel au Royaume-Uni ayant plus que triplé depuis le milieu des années 90. Une équipe du Edinburgh's Queen's Medical Institute d'Édimbourg a récemment identifié de minuscules particules de suie provenant de gaz d'échappement de diesel qui sont les principaux responsables de 9 000 crises cardiaques mortelles au Royaume-Uni chaque année. L'étude a montré comment les particules passent des poumons dans le sang, provoquant le durcissement des artères et la formation de caillots, effets généralement observés chez les gros fumeurs.

«Ils sont si petits qu'ils passent assez facilement à travers des masques faciaux que les gens portent souvent pour se protéger», explique le professeur Ken Donaldson, un toxicologue qui a aidé à diriger l'équipe de recherche. «L'un des dangers des particules diesel est qu'elles adsorbent d'autres polluants et interagissent avec eux à l'intérieur du corps», dit-il. «Ils pourraient s’avérer étroitement liés à une variété de cancers. Nous commençons tout juste à comprendre la menace.

Le Dr David Newby, le cardiologue en charge du projet, explique que comparé à d'autres facteurs de risque tels que le cholestérol, l'hypertension artérielle et le tabagisme, le rôle de ces particules est moins important, mais il peut aussi être significatif. «La différence est que toute la population y est exposée contrairement à ces autres facteurs qui affectent les individus», dit-il. "La pollution de l'air affecte tout le monde."

Les scientifiques reconnaissent également que la plupart des polluants atmosphériques ne peuvent être mesurés de manière significative que sur une base locale. Par exemple, une zone située sous le vent depuis une autoroute peut avoir un air nettement plus sale qu’un endroit au vent. Cependant, si l’on tient compte de la zone sous le vent avec des zones mieux placées, les mesures globales peuvent indiquer que la ville a un air sain.

Continuez à rouler

Devant toutes ces données, devrions-nous tous quitter notre habitude des deux roues? Malgré l'assombrissement du nuage de diesel, l'augmentation du taux d'asthme et la prolifération d'études pessimistes, tous les experts m'assurent que, dans l'ensemble, les cyclistes se font mieux que de faire du mal. «Pour ma part, je vais continuer à faire du vélo chaque jour dans mes trois kilomètres et demi habituels, me dit Crawshaw, mais je suis conscient du moment et du lieu où je fais du vélo.»

Il suggère de changer mon voyage quotidien au gymnase tôt le matin, lorsque les particules de diesel, l'ozone et d'autres polluants atmosphériques sont à leur plus bas niveau, ou après la tombée de la nuit, lorsque le trafic diminue. L'ozone se forme lorsque le soleil réagit avec les émissions de trafic et industrielles, il s'accumule donc à des niveaux signi ïŹ catifs vers 11 heures et atteint son maximum vers 15 heures. «Essayez autant que possible d’éviter les routes principales, surtout là où il ya souvent des embouteillages,» conseille-t-il.

En général, tous les 50 mètres, vous vous éloignez d'une route très fréquentée, le niveau de pollution est réduit de moitié. Vous pouvez donc trouver des itinéraires dans des parcs ou dans des rues tranquilles, si possible. «Le pire moment est celui des jours d'hiver clairs et froids où la pollution ne se disperse pas. Il est essentiel de savoir comment votre région réagit à la pollution en fonction des conditions météorologiques. "

Le National Heart Forum confirme le point de vue de Crawshaw, citant des preuves aux Pays-Bas selon lesquelles les cyclistes réguliers bénéficient d'un niveau de forme physique égal à celui d'une personne de 10 ans de moins, tandis que la British Medical Association estime qu'un cyclisme d'au moins 20 km par semaine réduit le risque de coureur du cycliste. maladie à la moitié de celle d'un non-cycliste. Et bien sûr, c'est un bon moyen de perdre du poids - en consommant au moins 300 calories par heure.

Conduire une voiture peut être le pire des mondes: pas de bienfait cardio et aspirer de l'air par les systèmes de ventilation situés au niveau du sol, où la plupart des polluants s'installent droit dans votre visage. Le Dr John Moore-Gillon, qui se penche depuis 30 ans sur les dommages causés à nos poumons par la pollution, a déclaré: «Il ne fait aucun doute dans mon esprit que si vous faites de l'exercice à l'extérieur et prenez les précautions qui s'imposent, vous vous en ferez beaucoup plus. bon que mal - il faut juste être conscient des risques pour limiter les dégâts. "

Ozone (O3)

Ce que c'est: Un gaz toxique et instable se forme lorsqu'un atome d'oxygène «libéré» se combine à une molécule d'oxygène - connue sous le nom de pollution -, on parle de «smog». Cette réaction se produit lorsque la lumière du soleil frappe les oxydes d'azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV) provenant des émissions des véhicules et des industries. Des niveaux élevés d'ozone se forment souvent par temps clair, calme et ensoleillé.

Ce qu'il fait: Toxique à très faible concentration, l'ozone peut causer de l'essoufflement à des lésions pulmonaires permanentes. Il existe également des preuves que l'ozone augmente les risques associés à l'exposition à d'autres polluants de l'environnement et à des allergènes, rendant ainsi les personnes plus vulnérables aux infections et réduisant leur capacité à expulser les particules inhalées.

Oxydes D'azote

Que sont ils: Les composés azotés, notamment le dioxyde d'azote et l'oxyde nitrique, jouent un rôle important dans les réactions atmosphériques à l'origine du smog au sol ou de l'ozone. Des NOx se forment lorsque les combustibles sont brûlés à des températures élevées, les deux principales sources d'émissions étant les véhicules routiers et les sources de combustion fixes telles que les centrales électriques et les chaudières industrielles.

Ce qu'il fait: À des niveaux élevés, les NOx peuvent altérer la fonction pulmonaire, irriter le système respiratoire et, à des niveaux très élevés, rendre la respiration difficile. Combiné à d'autres gaz, il peut présenter un danger encore plus grand. En plus de contribuer à la formation du smog, les NOx réagissent également avec d'autres composés pour former des PM10 (minuscules particules de fumée - voir ci-dessous pour en savoir plus), avec les risques pour la santé qui y sont associés.

Monoxyde de carbone (CO)

Ce que c'est: Un gaz incolore, inodore et insipide plus léger que l'air. Il est créé par la combustion incomplète de l'essence et du diesel - du dioxyde de carbone (CO2) normalement inoffensif est produit, mais sans la présence d'oxygène suffisant, du monoxyde de carbone se forme à la place.

Ce qu'il fait: Le CO se lie très facilement à l'hémoglobine dans les globules rouges, responsables du transport de l'oxygène dans l'organisme. Parce qu'il se lie plus facilement à l'hémoglobine qu'à l'oxygène, il déplace les molécules d'oxygène, ce qui entraîne la suffocation des cellules. Les symptômes vont des maux de tête et des nausées à une confusion grave, mais souvent les gens ne savent pas qu'ils ont été touchés avant qu'il ne soit trop tard.

PM10

Que sont ils: De minuscules particules de fumée en suspension dans l'air, ne dépassant pas 1/50 de la taille de l'arrêt total à la fin de cette phrase. Créés par la combustion d'essence et de diesel, ils sont invisibles à l'Ɠil nu, mais vous pouvez certainement les sentir et les goûter.

Ce qu'ils font: Les PM10 se logent dans les voies respiratoires et ne peuvent pas être facilement expulsées des poumons. Bien que cela ait principalement un «effet de nuisance» chez les personnes en bonne santé, il est potentiellement fatal pour les asthmatiques, les personnes allergiques et les personnes souffrant de maladies respiratoires et cardiovasculaires. Selon le dernier rapport du comité de vérification de l'environnement établi par le comité de la vérification de l'environnement aux Communes, les asthmatiques pourraient mourir jusqu'à neuf ans plus tôt à cause des PM10.

Dioxyde de soufre (SO2)

Ce que c'est: Un gaz incolore, non inflammable avec une forte odeur. La combustion de combustibles fossiles est la source la plus courante de dioxyde de soufre - la combustion du charbon est la plus grande source de S02 d'origine anthropique, représentant environ 50% des émissions mondiales annuelles.

Ce qu'il fait: En plus d'irriter les yeux et les voies nasales, il provoque des dif ïŹ cultés respiratoires, une bronchite, une pneumonie et un cancer du poumon. Le grand smog de Londres en 1952 a entraîné environ 4 000 décès prématurés dus à une maladie cardiaque et à une bronchite. La poitrine est serrée et la toux est fréquente, et la fonction pulmonaire des asthmatiques peut être altérée au point de nécessiter une assistance médicale. Le SO2 est considéré comme plus nocif lorsque les concentrations de particules et autres polluants sont également élevées.

Voici quelques moyens de limiter votre exposition à la pollution atmosphérique:

1 Connectez-vous: Presque toutes les grandes villes publient des données détaillées sur les niveaux de pollution sur leur site Web. Grâce aux informations actualisées de www.airquality.co.uk, vous pouvez savoir quand et où il est le plus sûr de s'aventurer. «Ce sont souvent les mêmes zones, dans les creux ou près des routes encombrées et encombrées, qui sont les pires. Ainsi, en vérifiant les données sur une période de deux semaines, vous pouvez facilement vous faire une bonne idée du lieu et du moment où vous devriez voyager», déclare Crawshaw. "Envisagez de retarder votre sortie si le niveau de pollution de l'air est supérieur à 6 pour un polluant."

www.airquality.co.uk: www.airquality.co.uk

2 Menez le peloton: Poussez votre chemin vers l'avant aux feux de circulation et aux intersections achalandées. «La plupart des polluants sortent directement des gaz d’échappement et peuvent même s’étendre là où des bourrages se forment régulièrement», explique Crawshaw. Si ce véhicule à double étage bloque votre issue de secours, démontez-vous et dirigez-vous vers l'avant. Et utilisez le réseau de 10 000 miles de chemins sans trafic mis en place par Sustrans.

Pack: pack

3 Obtenez vos vitamines: Les fruits et les légumes riches en vitamine C, tels que les pêches et les poivrons rouges, stimulent la production de glutathion, une enzyme du foie qui aide à prévenir les dommages des radicaux libres dans les poumons. À quelques endroits près de l'alphabet antioxydant se trouve la vitamine E, présente dans les noix et les produits laitiers, qui peut également aider à repousser les radicaux.

Nourriture: nourriture

4 Prendre à couvert: Choisissez votre arme - aka masque - à bon escient. «Ils valent mieux que rien, mais ils sont difficiles à respirer lors d'exercices vigoureux», déclare Dryer. «Trop souvent, le joint autour de votre bouche et de votre nez n'est pas étanche à l'air. Vous finissez par aspirer de l'air non filtré à travers une fente et ne vous poussez pas aussi fort, vous n'obtiendrez donc pas les avantages du cyclisme. ”

Parmi les masques récemment analysés dans le cadre d'une étude commune Sustrans-BLF, des bandanas enveloppants tels que Bandit Mask de Respro (18,99 £) ont produit le sceau le plus efficace, avec un filtre à charbon plus grand, lavable en machine, permettant d'éliminer la plupart des PM10 et des gaz nocifs. En fait, Respro est la seule marque à avoir l’aval officiel de la BLF. «Bien sûr, retenir votre souffle, ou du moins adopter une respiration fine et peu profonde en trafic de stationnement, devrait permettre à tout masque de mieux faire face aux demandes que vous lui faites», ajoute Dryer.

Masque: masque

5 réparations faites maison: Vous ne pouvez pas contrôler la qualité de l'air extérieur, mais dans les limites de vos propres briques et mortier, un palmier aréca (environ 9,99 £ des centres de jardinage) est la meilleure plante d'intérieur pour éliminer les toxines de l'air, selon Dryer. «C’est facile à entretenir, se développe à l’intérieur et libère de grandes quantités de vapeur d’eau dans l’air, ce qui donne à vos poumons une meilleure chance de récupérer de tout ce que vous avez absorbé à l’extérieur.»

Laissez Vos Commentaires