Blog du Prologue du Tour de France

Eh bien, c’est la majesté, le chaos et l’excitation du Tour dans la chair. Rien n’est plus agréable à Londres qu’un spectacle et le Tour sait vraiment en offrir un - Londres et le Tour de France ont été faits l'un pour l'autre, on se demande ce qui leur a pris tant de temps à se réunir.

Remarquez que j'écris ceci du QG de la tournée londonienne de BannWheelers, ça a l'air génial, et c'est grand
 ish le premier étage de la Royal Aeronautical Society, juste à côté de Park Lane, quelque part à proximité, un balcon donnant sur l'action. Notre homme, Jeff Jones, est perché haut au-dessus de l’écriture de nos comptes rendus de course en direct depuis le salon du club de l’Inter Continental. D'accord, je vais goûter à l'ambiance dans les rues


D'accord, je reviens de goûter l'atmosphère. Fantastique! Des milliers de personnes, des centaines de milliers de personnes, profitent du soleil et de la magie de la grande journée de cyclisme. Tout le monde est enthousiasmé par le passage des coureurs. Mais même avec des écrans géants disséminés sur le parcours, la taille de la foule est telle que seuls les chanceux ou ceux qui sont prêts à se lever tôt obtiennent une très bonne vue. La volonté est là: je vois un gars dont le vélo est verrouillé à un lampost alors qu’il se tient avec un pied sur la selle et l’autre sur son support pour avoir une vue dégagée sur la foule. Son compagnon s'accroche au lampost dans un pied de piste permanent, pas encore à tomber, mais ce doit être un sacré travail à suivre - il n'est pas surprenant qu'il ait l'air assez en forme. Tout le monde devient fou quand Millar passe, tout le monde devient furieux pour Wiggins. Ils ne porteront pas de jaune demain mais ce n'est pas faute d'essayer. Cancellara a simplement pris d'assaut le parcours, il ne fait aucun doute que c'est sa journée.

Quoi d'autre à dire? Des tonnes de vélos vraiment intéressants à voir, pas seulement d'être montés par les pros (Jez publiera des photos plus tard), nous survivons à notre premier reportage en direct, juste. Parfois, c'était comme être dans une scène de l'un de ces superproductions hollywoodiennes où l'avion se dirigeait vers le sol et au tout dernier moment, il se garait et volait.
Roger, Wilco et dehors!

Voir la vidéo: Simon Gerrans TDF blog Prologue and Stage 1

Laissez Vos Commentaires